Un test RT-PCR en temps réel pour détecter le SAPELOVIRUS PORCIN (PSV)

Plusieurs cas de polioencéphalomyélite causés par le Sapelovirus porcin (PSV) ont été rapportés récemment dans des élevages québécois.

Plusieurs cas de polioencéphalomyélite causés par le Sapelovirus porcin (PSV) ont été rapportés récemment dans des élevages québécois.

Le PSV est un virus à ARN de la famille des Picornaviridae. Il est étroitement apparenté à des virus du genre Enterovirus et a été précédemment connu comme l’entérovirus porcin 8 (PEV-8). Les porcs domestiques et sauvages sont les seuls hôtes connus du PSV.

Les infections par le PSV commencent dans le petit intestin où le virus se multiplie. Le principal mode de transmission du virus est la voie fécale-orale. Comme le virus est très résistant dans l’environnement, les objets contaminés jouent également un rôle. Le PSV a été mis en évidence dans les matières fécales de porcs en santé, particulièrement des porcelets sevrés, au Brésil, en Italie, Espagne, Australie et USA.

Des souches pathogènes de PSV ont été rapportées en Chine, Corée du Sud, Royaume Uni et USA. Celles-ci peuvent causer des signes cliniques tels que diarrhée, pneumonie, polioencéphalomyélite et troubles reproducteurs (syndrome SMEDI). Le rôle pathogène du PSV, plus particulièrement comme cause de polioencéphalomyélite, est mal compris. Il n’existe pas de données concernant la morbidité et la mortalité des infections par le PSV.

Les polioencéphalomyélites induites par le PSV affectent principalement des porcelets de 8 à 12 semaines. Les porcs malades présentent une ataxie des membres antérieurs et postérieurs qui progresse en faiblesse généralisée et décubitus latéral. La mort peut survenir 2 à 5 jours après l’apparition des signes cliniques. De la morbidité et de la mortalité jusqu’à 20% ont été rapportées. Aux USA, les laboratoires de diagnostic de ISU, SDSU, KSU et UMN rapportent chaque mois 1 à 5 cas de polioencéphalomyélite associée au PSV.

Les lésions observées lors de polioencéphalomyélites associées au PSV sont similaires à celles rencontrées lors d’infections par d’autres virus neurotropes tels que le Pestivirus atypique porcin (APPV), les Entérovirus porcins (PEV), le Teschovirus porcin (PTV) et l’Astrovirus porcin type 3. La polioencéphalomyélite est généralement subaiguë, multifocale et non suppurée.

La méthode RT-PCR (Reverse transcriptase polymerase chain reaction) est couramment utilisée pour détecter le virus dans les matières fécales ou les tissus nerveux. Les échantillons du système nerveux central (SNC) à examiner sont le cerveau et la moelle épinière. La méthode d’hybridation in situ a également été utilisée pour démontrer la présence du virus dans le SNC.

Un test RT-PCR en temps réel permettant de détecter le virus dans des échantillons de matières fécales ou de tissus nerveux est désormais disponible chez Biovet.

N’hésitez pas à nous contacter pour des informations complémentaires.

 

Références

  1. Arruda PH, Arruda BL, Schwartz KJ, et al. Detection of a novel sapelovirus in central nervous tissue of pigs with polioencephalomyelitis in the USA. Transbound Emerg Dis. 2017 Apr;64(2):311-315.
  2. Leme RA, Silva DR, Lorenzetti E, et al. Longitudinal survey of Teschovirus A, Sapelovirus A, and Enterovirus G fecal excretion in suckling and weaned pigs. Braz J Microbiol. 2019;50(1):321-327.
  3. Li Y, Du L, Jin T, Cheng Y, et al. Characterization and epidemiological survey of porcine sapelovirus in China. Vet Microbiol. 2019; 232:13-21.
  4. Schock A, Gurrala R, Fuller H, et al. Investigation into an outbreak of encephalomyelitis caused by a neuroinvasive porcine sapelovirus in the United Kingdom. Vet Microbiol. 2014;172(3-4):381-9.