Bovin - Bovine

Nouveau test PCR en temps réel pour détecter Bibersteinia trehalosi

Dans le dernier rapport trimestriel du Réseau Bovin du MAPAQ (1er trimestre 2021), il était question d’un cas

Dans le dernier rapport trimestriel du Réseau Bovin du MAPAQ (1er trimestre 2021), il était question d’un cas de bronchopneumonie purulente à Bibersteinia trehalosi chez une vache laitière et on mentionnait que plusieurs épisodes respiratoires associés à cette bactérie ont été signalés en Amérique du Nord au cours des 10 dernières années.

Initialement identifiée en 1959 comme un type particulier de Pasteurella haemolytica, cette espèce bactérienne a été renommée Bibersteinia trehalosi en 2007 en l’honneur du professeur Ernest Biberstein de l’UC Davis pour souligner ses contributions remarquables à l’étude des Pasteurellaceae.

En effet, B. trehalosi appartient la famille des Pasteurellaceae comme Pasteurella multocida, Mannheimia haemolytica et Histophilus somni. Elle est d’ailleurs étroitement apparentée à M.haemolytica. B. trehalosi et M. haemolytica ont la même apparence sur les milieux de culture. Les 2 espèces peuvent être différenciées au moyen de la méthode Maldi Tof. On peut également les identifier au moyen d’épreuves PCR spécifiques.

Les souches virulentes de B. trehalosi produisent une puissante exotoxine (la leucotoxine) qui est responsable en grande partie des lésions de pleuropneumonie fibrineuse. Il existe par ailleurs des souches de B. trehalosi qui ne produisent pas cette toxine et ne sont pas considérées comme virulentes. Les deux types de souches peuvent être différenciées au moyen d’une PCR spécifique du gène codant pour la leucotoxine.

B. trehalosi a été d’abord identifiée chez des moutons atteints de pneumonie fibrineuse et de septicémie. Elle a également été à l’origine de mortalités élevées dans des populations de mouflons de l’Ouest (Bighorn sheep). Finalement, elle a été détectée chez les bovins. Chez cette espèce, elle cause également des pneumonies et des septicémies. Les signes cliniques peuvent évoluer très rapidement et les mortalités atteindre jusqu’à 10 à 15%.

En 2008 en Californie, B. trehalosi a été plus souvent mise en évidence que P. multocida ou Histophilus somni dans les problèmes respiratoires. Par contre, au Wisconsin, entre 2008 et 20017, elle représentait moins de 10% des isolats de bactéries respiratoires. Récemment, on a montré qu’un vaccin contenant un toxoïd de M. haemolytica offrait une bonne protection contre une infection expérimentale par B. trehalosi.

Chez Biovet, nous avons récemment développé une PCR en temps réel (RT-PCR) spécifique de B. trehalosi. À compter du 1er juin, elle sera incorporée dans notre « Profil PCR respiratoire bovin complet  (virus + bactéries) et dans notre « Profil PCR respiratoire bovin bactérien ». Ces ajouts seront faits sans coût additionnel. Par ailleurs, la RT-PCR B. trehalosi seule sera également disponible en test individuel.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à communiquer avec nous.


References

  1. Bowersock TL, Sobecki BE, Terrill SJ, Martinon NC, Todd R, Meinert TR, Randy D, Leyh RD. Efficacy of a multivalent modified-live virus vaccine containing a Mannheimia haemolytica toxoid in calves challenge exposed with Bibersteinia trehalosi. Am J Vet Res. 2014; 75 (8): 770-776
  2. Brown SE, Bycroft KA, Adam A, Collett MG.Acute fibrinous pleuropneumonia and septicaemia caused by Bibersteinia trehalosi in neonatal calves in New Zealand. N Z Vet J. 2021;69(1):51-57.
  3. Campbell J. Bibersteinia trehalosi can cause sudden deaths in heifers. The Western Producer. 2018 (https://www.producer.com/livestock/bibersteinia-trehalosi-can-cause-sudden-deaths-in-heifers/)
  4. Collins RL. Bibersteinia trehalosi in Cattle – Another Component of the Bovine Respiratory Disease Complex? Cattle Practice. 2011; 19(1):9-12
  5. Cortese VS, Douglas A, Braun DA, Crouch D, Townsend Ch, Zukowski B. Case report – Peracute to acute fatal pneumonia in cattle caused by Bibersteinia trehalosi. The Bovine Practitioner. 2012;46 (2):138-142.
  6. Hanthorn CJ. Pathogenicity of Bibersteinia trehalosi in bovine calves. Thèse Iowa State University. 2014 (https://lib.dr.iastate.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=4981&context=etd)
  7. Holschbach CL, Aulik N, Poulsen K, Ollivett Prevalence and temporal trends in antimicrobial resistance of bovine respiratory disease pathogen isolates submitted to the Wisconsin Veterinary Diagnostic Laboratory: 2008-2017. J Dairy Sci. 2020;103(10):9464-9472.
  8. Killion HJ, Edwards E, Jennings-Gaines J, Wood M, Fox K, Sondgeroth Development and validation of a real-time PCR specific for the leukotoxin gene of Bibersteinia trehalosi. J Vet Diagn Invest. 2018;30(4):589-592.
  9. Kuhnert P, Bisgaard M, Korczak BM, Schwendener S, Christensen H, Frey J. Identification of animal Pasteurellaceae by MALDI-TOF mass spectrometry. J Microbiol Methods. 2012;89(1):1-7.
  10. Shapiro J. Slobbering sheep: Bibersteinia trehalosi septicemia in lambs. Animal Health Laboratory Newsletter 2019;23(3):6-7.