Bovin / Bovine

À propos de la recherche de salmonelles chez les bovins

Les infections à Salmonella spp constituent une préoccupation majeure tant pour la santé des troupeaux que pour la

Les infections à Salmonella spp constituent une préoccupation majeure tant pour la santé des troupeaux que pour la santé publique.

Chez les bovins, la salmonellose peut être causée par différents sérotypes comme Typhimurium, Dublin, Newport, Montevideo, Muenster, Cerro, Muenchen, etc. (Gutema et al, 2019, Hong et al, 2016)

Le sérotype Typhimurium est le plus fréquent chez de nombreuses espèces.

Le sérotype Dublin est particulièrement adapté aux bovins chez qui, contrairement aux autres sérotypes, il cause des infections persistantes.

Les infections à S. Dublin sont particulièrement sévères chez l’humain.

Les souches de S. Dublin présentes au Québec sont généralement résistantes à plusieurs familles d’antibiotiques (souches multirésistantes).

Biovet met à votre disposition des outils diagnostiques pour détecter les salmonelles à partir de différents échantillons (matières fécales, tissus, lait, sang, aliments, environnement).

Nous préconisons une approche hybride consistant à associer enrichissement sélectif (bactériologie) et PCR en temps réel (Goodman et al, 2017). Après enrichissement sélectif, la présence de salmonelles est recherchée par PCR en temps réel.

Cette approche est plus rapide et plus sensible que la méthode bactériologique seule.

Chez les bovins, nous offrons actuellement 2 PCR différentes :

  • qPCR 1-plex Salmonella spp : permet de détecter la présence de toutes les salmonelles sans préciser de sérotype
  • qPCR 3-plex Salmonella spp + S. Typhimurium + S. Dublin : permet de détecter la présence de salmonelles et de déterminer s’il s’agit du sérotype Typhimurium ou Dublin (ou pas)

Compte tenu de l’importance des sérotypes Typhimurium et Dublin, nous recommandons fortement l’utilisation de la qPCR 3-plex qui permet de savoir rapidement si on a affaire à un sérotype Typhimurium, Dublin ou autre.

En cas de PCR positive, on peut poursuivre l’isolement de la salmonelle afin d’obtenir un isolat et déterminer sa sensibilité à différents antimicrobiens selon la méthode de diffusion en gélose.

Si la PCR est négative pour Typhimurium et Dublin, il est aussi alors possible de déterminer le sérotype en cause à partir de l’isolat.

Par ailleurs, nous continuons à offrir la recherche de salmonelles en « bactériologie standard ».

Pour plus d’information, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

Christian Savard, Directeur R&D biologie moléculaire
André Broes, Responsable support technique

Références

  1. Goodman LB, McDonough PL, Anderson RR, Franklin-Guild RJ, Ryan JR, Perkins GA, Thachil AJ, Glaser AL, Thompson BS. Detection of Salmonella spp. in veterinary samples by combining selective enrichment and real-time PCR. J Vet Diagn Invest. 2017 Nov;29(6):844-851.
  2. Gutema FD, Agga GE, Abdi RD, De Zutter L, Duchateau L, Gabriël S. Prevalence and Serotype Diversity of Salmonella in Apparently Healthy Cattle: Systematic Review and Meta-Analysis of Published Studies, 2000-2017. Front Vet Sci. 2019 Apr 9;6:102.
  3. Hong S, Rovira A, Davies P, Ahlstrom C, Muellner P, Rendahl A, Olsen K, Bender JB, Wells S, Perez A, Alvarez J. Serotypes and Antimicrobial Resistance in Salmonella enterica Recovered from Clinical Samples from Cattle and Swine in Minnesota, 2006 to 2015. PLoS One. 2016 Dec 9;11(12):e0168016.